EAN13
9782811129293
ISBN
978-2-8111-2929-3
Éditeur
Karthala
Date de publication
Collection
HOMMES ET SOCIE
Nombre de pages
480
Dimensions
24 x 16 cm
Poids
100 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'histoire des Soninkés du Fouta Toro (Mauritanie, Sénégal) depuis la fin du XVIIIe siècle

Peuplements, migrations et enjeux identitaires

Karthala

Hommes Et Socie

Offres

L'historiographie de la région du Fouta Toro semble sous-estimer la question des minorités, particulièrement les Soninkés. Seul un ensemble de traditions familiales éparses et difficilement accessibles leur tiennent lieu d'histoire. Cette étude, qui s'appuie sur un ensemble important de sources, parfois inédites, et sur une démarche pluridisciplinaire, vise à combler ce vide historiographique et à écrire pour la première fois à l'écriture l'histoire des Soninkés à travers le temps et l'espace. Il s'agit donc d'une étude qui va de la fin du XVIIIe siècle à nos jours. À la fin du XVIIIe siècle, une minorité soninkée, accablée par la détérioration des conditions climatiques et les guerres civiles répétées, vient progressivement s'installer au Fouta Toro (Mauritanie, Sénégal). Grâce aux conditions naturelles, politiques, économiques et sociales de cette région, elle se reconstruit et consolide son homogénéité. Elle s'appuie alors sur les expériences migratoires antérieures - et infructueuses - des Soninkés dans la région pour adopter des stratégies identitaires sur le plan matrimonial, politique, social, spatial, religieux et économique, afin de conserver ses particularités sociolinguistiques au sein de la majorité halpoular. Cependant, à partir de 1890, elle voit ses structures sociopolitiques et économiques, ainsi que sa cohésion interne, bouleversées par le choc colonial qui s'inscrit dans la durée. En conséquence, la minorité soninkée s'ingénie, à travers sa diaspora, à mettre en place d'autres stratégies, à même de répondre aux injonctions du moment pour atténuer la rigueur du choc sur sa culture et sa langue. Toutefois, les contradictions internes - liées aux hiérarchies sociales, aux confréries, à la montée du " fondamentalisme " musulman et aux frontières politiques ou régionales - et les influences externes -consécutives à l'école moderne, à la migration, à la monétarisation et aux difficultés économiques - sont telles que cette dynamique socio-identitaire n'est pas près de s'arrêter.
S'identifier pour envoyer des commentaires.